En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'assurer le bon fonctionnement de nos services. J'accepte En savoir plus

Le site 100%

Automobile !

Les radars sur l'hexagone poussent comme des champignons dans les bois...


Les distances de sécurité


Les autoroutes


Les camions


Les radars aux feux rouges


Les véhicules récents


Compteur


Les radars... Ce boîtier tant redouté par les automobilistes. Toujours plus nombreux, ils sont également de plus en plus dangereux. Souvent placés dans des endroits auxquels on ne s'attend pas et surtout où l'on pourrait rouler bien plus vite que la vitesse réglementée, ils ont engendrés en 2011 13 millions de flashs, un chiffre en hausse de près de 10%.
Zoom sur ce phénomène routier incontournable...


Les radars ont pour but de lutter contre la mortalité routière. C'est à partir de 2003 que les premiers furent donc installés sur les axes les plus dangereux, dits accidentogènes, mais aussi sur les rocades, les autoroutes et les tunnels.

Au début, les pouvoirs publics ont joué la carte de la transparence en signalant les radars par un panneau. Mais depuis peu, ils ont été enlevés, pour maintenir davantage la vigilance des automobilistes .


Le radar sous toutes ses formes

On trouve dans un premier temps les radars fixes, facilement reconnaissables : ceux sont des armoires automatiques entourées d'un liseré rayé jaune et noir réfléchissant les phares des voitures la nuit.
Leur tolérance se situe entre 5 et 7 km/h selon la vitesse réglementée.
L'installation d'une armoire équipée d'un radar Sagem Mesta de type 208 ou 210 coûte environ 100 000 euros.

Les nombreuses contraventions qu'elle a engendré ont permis à l' Etat (maj) de multiplier le nombre de ces radars fixes.
Rappelons que les radars fixes ont une tolérance de 5 km/h et de 10 km/h pour les mobiles.


  • Cabine radar d’ancienne génération : elles ont été installées avant 2003 dans le Var sur l’autoroute A8. Elles enregistrent les excès de vitesse sur des pellicules argentiques
  • Cabine radar de 1ère génération : disposée sur l'ensemble de l'hexagone entre octobre 2003 et décembre 2004, elle comporte 2 faces - recto / verso - identiques mais ne contrôle que dans un sens de circulation. La fenêtre en haut à droite contient le flash qui se déclenche 2 fois pour réaliser 2 clichés. Le premier se concentre sur la plaque d’immatriculation et le second sur le conducteur
  • Cabine radar de 2ème génération : apparue entre décembre 2004 et octobre 2006, elle ne comporte qu’une seule face avec 3 fenêtres. Même principe que pour son prédécesseur, le radar prend 2 photos
  • Cabine radar de 3ème génération : depuis octobre 2006, repose sur le même principes que ses prédécesseurs mais est plus compacte
  • Cabine radar de 4ème génération : mesure les vitesses entre 40 et 250 km/h, sur une distance de 50 mètres et est capable de faire la distinction entre les poids-lourds et les véhicules légers


On trouve ensuite d'autres catégories de radars :

  • Les radars de tronçon : mesurent la vitesse moyenne d'un véhicule sur un trajet de plusieurs kilomètres. Plusieurs caméras, disposées à différents endroits et équipées de capteurs, enregistrent les plaques d'immatriculation
  • Système de détection des poids-lourds en surcharge : ce système fonctionne en deux temps : une caméra vidéo est d'abord chargée d'enregistrer la plaque d'immatriculation du véhicule en infraction. Elle transmet ensuite l'image à un autre site qui va peser plus précisément les camions pré-sélectionnés par le biais d'une bascule homologuée
  • Les radars mobiles : embarqués dans des véhicules banalisées, ils sont invisibles pour les automobilistes et contrôlent la vitesse entre 25 à 250 km/h
  • Les radars de franchissement de passages à niveau : sanctionnent les véhicules qui franchissent trop tardivement le passage à niveau à la venue d'un train
  • Les radars de contrôle de distance de sécurité entre les véhicules : fonctionnent sur une chaussée mono-voie, sur laquelle le dépassement n'est pas autorisé, en condition de temps sec et à des vitesses comprises entre 20 et 120 km/h

Nouveauté : les radars aux feux rouges

Le radar feu rouge est installé sur un poteau d'environ 20 mètres avant le feu tricolore. Le radar contrôle de façon automatique le passage des véhicules au feu rouge.
L'installation de 1000 radars feux rouge est prévue pour la fin 2012.
A l'heure d'aujourd'hui, seules les grandes agglomérations comme Paris, Lyon où Marseille sont concernées mais à terme, d'autres villes seront équipées de radars comme Dijon où Bordeaux, ainsi que de petites communes comme Sorgues.
Aujourd'hui, 649 radars aux feux rouges sont installés et 95 sont prévus.
Vous risquez une amende de 135 euros et la perte de 4 points.

Avec ses 3 800 radars, tous types confondus, disposés aux quatre coins de l'Hexagone, il y aura bientôt plus de flashs sur le bord de nos routes que d'éclairs à la surface de la planète, alors restez très attentif !

La recette de ces nombreux radars est passée de 106 millions d'euros en 2004 et devrait s'élever à plus de 500 millions d'euros pour 2012, de quoi se forcer à respecter les limitations de vitesse et s'arrêter au feu orange en toute circonstance...



Si vous souhaitez vous offrir un véhicule, venez l'essayer avant de l'acheter, mais restez vigilant face aux nombreux radars, surtout qu'il n'y a plus de panneaux qui les signalent!